Dans les terres arctique du Spitzberg (Norvège), un dégel superficiel pendant l'été permet à quelques plantes de s'épanouir malgré des conditions difficiles. On n'y trouve cependant aucun arbre à proprement dit, car ils seraient bien incapables d'enfoncer leurs racines dans le sous-sol qui reste gelé en profondeur et qu'on appelle le pergélisol. Les vents très violents qui balayent la plaine arctique amènent les plantes à se développer horizontalement plutôt que verticalement.

barre.jpg

Ainsi le saule nain arctique (Salix arctica) est le cousin des saules de nos régions, mais il ne dépasse pas 2 à 3 cm de haut. Il pousse à même le sol et rampe pour se propager. Le saule est dioïque : il y a les arbres mâles et les arbres femelles. Pour se reproduire il a besoin d'une pollinisation croisée qui se fait grâce aux insectes.

saule_1.jpg saule_2.jpg

barre.jpg

La linaigrette de Scheuchzer (Eriophorum scheuchzerii), appelée aussi "coton arctique" est une plante vivace à tiges souterraines rampantes. La linaigrette est anémophile: elle ne compte que sur le vent pour la dispersion de ses graines.

linaigrette_1.jpg linaigrette_2.jpg

barre.jpg

Quant à la pédiculaire hirsute (Pedicularis hirsuta) elle possède un duvet qui la protège du froid et du vent. Les feuilles sont divisées (comme des fougères) et groupées sur la partie inférieure de la tige.

pediculaire_1.jpg pediculaire_2.jpg

barre.jpg

La saxifrage araignée (Saxifraga flagellaris) se propage à l'aide de stolons rouge-vif rampants. Ces rejets produisent des racines un peu plus loin et donnent naissance à une nouvelle plante. Cela lui donne l'aspect d'une araignée. La stratégie est différente pour la saxifrage gazonnante (S. cespitosa) qui vit plutôt en terrain dégagé et forme une touffe bien serrée qui la protége du vent glacial.

saxifrage_1.jpg saxifrage_2.jpg

barre.jpg

La silène acaule (Silene acaulis) aime aussi vivre en tas : elle forme un épais coussin mousseux recouvert de fleurs roses et à l'intérieur duquel se maintient un microclimat dont la température est supérieure à celle de l'air, ce qui favorise la montée des éléments nutritifs dans les tiges.

silene_1.jpg silene_2.jpg

barre.jpg

Pour finir, voici le pavot arctique (Papaver sp.) qui fait partie de la même famille que le coquelicot. L'été dans l'Arctique, le soleil est présent 24 heures sur 24, et pour en profiter la fleur du pavot arctique pivote pour suivre sa course dans le ciel. Autre bizarrerie : la fleur est parfois jaune, parfois blanche, selon l'emplacement du pied de pavot. Si la plante est dans une vallée peu éclairée, elle ne gâche pas son énergie à pigmenter ses pétales !

pavot_1.jpg pavot_2.jpg

Toutes les photos :